Page images
PDF
EPUB

Dès l'année 1881, le Mildew était disséminé dans presque toute l'étendue du territoire viticole de la France et voire même dans la colonie Algérienne.

Le Mildew se révèle tout particulièrement sur les organes verts de la vigne, les feuilles, les jeunes grappes, les rameaux herbacés, on ne le rencontre pas sur les sarments lignifiés, c'est-à-dire aoûtés.

Le myrelium ou système végétatif du Mildew, rampe à l'intérieur des tissus, s'empare des cellules et détermine promptement des altérations profondes, qui se manifestent à l'extérieur sous une forme et un aspect faciles à reconnaître,

Les feuilles atteinles par le Peronospora, présentent sur leur face supérieure des sortes de taches jaunes, qui prennent un peu plus tard la coloration brune pour arriver à la teinte feuille morte. Ces taches d'abord isolées entre les nervures, s'étendent peu à peu à mesure que le parasite progresse, et forment ce qu'on appelle des points de tapisserie.

On ne peut confondre les taches occasionnées par le Mildew, avec les altérations que causent la brûlure, le grillage ou le Phytocoples Vitis, qui produit une boursouflure de la feuille appelée Erineum. En effet, lorsque l'on se trouve en présence du Mildew, on observe sur la face inférieure du pampre, des petites touffes blanchâtres, qui ressemblent à du sucre finement pulvérisé et à l'aspect cristallin représentant l'appareil sporifère du Peronospora Viticola.

Lorsque la feuille est envahie par ces semences à l'aspect cristallin, elle ne peut plus remplir les fonctions qui lui sont dévolues, elle sèche et tombe.

La feuille a un double rôle dans la végétation : elle est à la fois un organe de respiration et une sorte d'entrepôt dans lequel viennent s'accumuler d'une part, les matériaux de minéralisation qui serviront plus tard à la lignification des rameaux, et d'autre part, l'amidon qui, sous l'influence de la chaleur et de la lumière, sera

peu à peu transformé en sucre de glucose, émigrera vers les fruits et y prendra, en partie, la place qu'y occupaient les acides, jusqu'à l'époque de la veraison.

Les altérations produites par le Mildew sur les feuilles ont donc pour résultat : d'anéantir la récolte, de nuire à la lignification des sarments, et d'entraîner par suite le dépérissement des ceps.

II. – Contamination progressive du Vignoble

de Maine-et-Loire par le Mildew.

Dès l'année 1882, M. l'inspecteur général Prillieux, voulut bien me mettre en garde contre l'invasion probable du vignoble Angevin, par le Mildew. Bien que prévenu par ce savant maître, je n'eus, qu'en juillet 1884, l'occasion de constater la présence du Peronospora viticola, d'abord dans une vigne de la commune de Tigné, complantée en Côt à queue verte, et ensuite sur la commune de Faye, dans des vignes de Chenin blanc, vulgairement appelé Pineau blanc de la Loire.

Le vin de la vendange de 1884, fut de bonne qualité.

En 1885, le mal s'étendait très rapidement, les aménagements du Côt à queue verle de l'arrondissement de Baugé, eurent beaucoup à souffrir du Mildew. Les muscadets du canton de Champtoceaux qui confine à la Loire-Inférieure, étaient dès le 10 juillet, complètement dénudés. Çà et là, dans les arrondissements d'Angers, de Saumur, et même dans l'arrondissement de Segré, je constatai la présence du terrible parasite. La qualité du via fut généralement médiocre, sous réserve de quelques 'exceptions locales.

Dès les premiers jours de juin 1886, avec une température de 22 et de 24 degrés, et un état hygrométrique accusant 52, 54 et 55 degrés, avec un vent sud-ouest, et des orages, le Mildew envahissait le vignoble de Maine-et-Loire. Le 4 juin, la température s'abaissait subitement de 24 à 13 degrés, et l'invasion subissait jusqu'au 17, un temps d'arrêt très marqué; mais à partir de ce moment, le Peronospora gagnait successivement toutes les vignes, et jetait une profonde perturbation dans le Département.

Parlout où les cépages ne demeurèrent pas réfractaires au Mildew, soit par suite de traitements convenables, soit pour toute autre cause, la vendange fut diminuée de moitié au moins, et donna un vin de très médiocre qualité.

La ville de Saumur possède une précieuse collection de cépages; cette riche collection, contaminée en 1885, fut plus sérieusement atteinte par le Mildew en 1886.

Le long du chemin de fer de Paris-Orléans, on trouve à partir de la station de Saint-Martin-de-la-Place jusqu'à la station de la Menitré, des vignes plantées au pied des pommiers et des pruniers qui occupent les terrains de la Vallée de la Loire, et donnent des fruits très réputés dans le pays. Ces vignes cultivées en hautains, produisent un vin de très médiocre valeur; abritées par le feuillage des arbres fruitiers, elles sont demeurées indemnes du Mildew et ont conservé leurs pampres jusqu'à la fin de la saison. Cel effet d’abri, constaté dans la vallée de la Loire, vient corroborer les observations de même ordre qui ont été faites sur divers points du territoire viticole de la France.

Les spores du Peronospora, ont besoin d'humidité et de chaleur pour entrer en mouvement. Si un abri quelconque empêche la rosée d'imprégner la feuille d'une vigne, la spore que le vent a déposée sur cette feuille n'y rencontrant pas d'humidité, restera en quelque sorte en sommeil, jusqu'à ce qu'elle rencontre un milieu humide et chaud favorable à son développement.

III. – Description météorologique des mois

de Juin, Juillet, Août et Septembre 1886.

[ocr errors]

J'ai dit que les organes de reproduction du Mildew ont besoin de chaleur et d'humidité pour parcourir leur cycle biologique, c'est en effet par une température comprise entre + 18o et + 38° que se propage le Mildew. Voyons donc maintenant quelle a été la condition météorologique du temps en Anjou, pendant les mois de juin, juillet, août et septembre.

10 Juin. - Le 1er, le 2 et le 3, le thermomètre maxima accuse 22°,8, 23°,2, 24°,1. Le vent souffle du sud-ouest, avec une vitesse modérée : le temps est brumeux et orageux ; l'état hygrométrique de l'air donne 52°, 64o et 85°, le 1er, le 2 et le 3.

Toutes ces conditions conviennent merveilleusement bien à l'éclosion des cryptogames. Aussi, conjointement avec la renaissance du Mildew, voit-on naître cà et là dans les pâturages, l'Agaricus Tortilis, l'Agaricus Edulis et ses variétés, espèces très communes en Anjou, aux mois de septembre et d’octobre, qui devançaient ainsi leur époque habituelle de végétation.

Le 4 juin, la température tombe de 24° à 13°. Cet abaissement de température persiste jusqu'au 17, et amène un arrêt très marqué dans l'expansion du Mildew. Durant ce laps de temps, le vent se tient au nord-est et au nord-ouest.

Mais à partir du 17, le thermomètre remonte à 249,9, et se maintient à cette hauteur jusqu'à la fin du mois, sans grande variation.

Du 17 au 30, l'état hygrométrique de l'air reste entre 56° et 78°, et donne pour tout le mois une moyenne de 720.

Un rouillard parfois très épais, enveloppe sol pendant 17 jours. Il y a en outre 14 jours de pluies qui donnent une couche d'eau de 54 millimètres.

Du 17 au 30, le Mildew s'étend comme une véri. table traînée de poudre à travers le vignoble et l'envahit successivement. Cette seconde expansion du Mildew, qui coïncide avec l'époque de la floraison de la vigne, détruit une grande quantité de thyrses floraux, et ruine une partie des espérances des vignerons.

Juillet. – Pendant le mois de juillet, la température maxima oscille entre 22° et 32° ; la direction dominante du vent est du sud-ouest, avec une vitesse modérée pendant la première quinzaine, et forte pendant la seconde. Quatorze jours de pluies intermittentes, fournissent une couche d'eau de 62 millimètres; avec cela, quatorze jours de temps brumeux et de brouillard. L'état hygrométrique de l'air se tient entre 48° et 91°, et donne une moyenne réelle de 66o. Le mois de juillet compte en outre trois jours d'orage, le 8, le 19 et le 26.

30 Aoûl. – La température maxima du mois d'août varie entre 19o et 31°,6; le vent se maintient au sudouest, avec une vitesse modérée.

Dix-sept jours de pluies fournissent une couche d'eau de 52 millimètres. L'état hygrométrique de l'air accuse une moyenne de 73°, et varie entre 57° el 90°.

A ces conditions, s'ajoutent dix-sept jours de brouillards épais, et deux jours d'orages, le 4 et le 23.

Septembre. – Le thermomètre se tient entre 21 et 28o. La direction du vent est toujours au sud-ouest, et se maintiendra ainsi pendant le mois d'octobre, la vitesse est plutôt forte que modérée.

Vingt-cing jours de pluies donnent une couche d'eau de 160 millimètres. La moyenne de l'état hygrométrique est de 85°, et l'élat du mois varie entre 66° et 100°. Les observations du mois de septembre accusent en outre quelques jours de brouillards et de temps brumeux, pendant les accalmies pluviales.

« PreviousContinue »