Tableaux de la nature: ou, Considerations sur les déserts, sur la physionomie des végétaux, sur les cataractes de l'orénoque, sur la structure et l'action des volcans dans les différentes régions de la terre, etc, Volume 1

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 247 - Les arcs colorés disparaissent et renaissent tour à tour ; et, jouet léger de l'air, leur image se balance sans cesse autour des rocs pelés. Les eaux murmurantes ont, dans les longues saisons des pluies, entassé des îles de terre végétale. Parées de drosera, de mimosa, au feuillage d'un blanc argenté, et d'une multitude de plantes, elles forment des lits de fleurs au milieu des roches nues.
Page 191 - ils mangent de petits poissons, des lézards, ou » de la racine de fougère, lorsqu'ils peuvent s'en » procurer. Ils sont si friands de cette glaise, » qu'ils en mangent tous les jours un peu après » le repas pour se régaler , dans la saison même » de la sécheresse , et lorsqu'ils ont du poisson » en abondance. » Ces peuples sont d'une couleur...
Page 52 - D'autres, comme les Maquiritains et les Makos, ont des demeures fixes, vivent des fruits qu'ils ont cultivés, ont de l'intelligence et des mœurs plus douces. De vastes espaces entre le Gassiquiare et 1 Atabapo ne sont habités que par des singes réunis en société et par des tapirs.
Page 47 - Nous ne doutions pas que la pêche ne se terminât par la mort successive des animaux qu'on y emploie; mais peu à peu l'impétuosité de ce combat inégal diminue; les gymnotes fatigués se dispersent. Ils ont besoin d'un long repos et d'une nourriture abondante pour réparer ce qu'ils ont perdu de force galvanique. Les mulets et les chevaux parurent moins effrayés; ils ne hérissaient plus la crinière, leurs yeux exprimaient moins l'épouvante.
Page 248 - Pendant les cinq jours que nous passâmes dans le voisinage de la cataracte , nous remarquâmes avec surprise que le fracas du fleuve était trois fois plus fort pendant la nuit que pendant le jour. En Europe on observe la même singularité à toutes les chutes d'eau. Quelle en peut être la cause , dans un désert ou rien n'interrompt le silence de la nature?
Page 4 - Taïti, ou les bosquets ombragés par l'épais feuillage des cacaotiers, la vue se porte au sud sur des steppes ou déserts qui s'élèvent insensiblement , et terminent l'horizon dans un lointain sans bornes. • En quittant ces lieux où la nature prodigue la vie organique, le voyageur frappé d'étonnement entre dans un désert dénué de végétation. Pas une colline, pas un rocher ne s'élève comme une île au milieu de ce vide immense. La terre présente seulement...
Page 123 - La seconde masse de montagnes qui sépare le bassin de l'Amazone de celui du Rio de la Plata est le groupe du Brésil.
Page 176 - Vénézuela , situées du côté opposé. Trente jours après la destruction totale de la ville de Caracas , arriva l'explosion du volcan de...
Page 51 - Au milieu de cette abondance de fleurs et de fruits , au milieu de cette végétation si riche et de cette confusion de plantes grimpantes , le naturaliste a souvent de la peine à reconnaître à quelle tige appartiennent les feuilles et les fleurs. Un seul arbre orné de...
Page 260 - C'est le plus célèbre des voyageurs de notre époque qui nous le raconte. « II est très-vrai-semblable, dit-il, que les dernières familles des Aturès ne se sont éteintes que très-tard, car dans les...

Bibliographic information