Histoire de l'armée d'Italie, 1796-1797: De Loano à février 1796, Volume 1

Front Cover
H. Champion, 1900 - 946 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 372 - Directoire le 24 frimaire dernier à ce sujet, ont mérité son attention, et il croit devoir déterminer la conduite qu'il convient de tenir à cet égard. • Il vous annonce donc, citoyen général, que son intention est que, conjointement avec le citoyen Ritter, commissaire du gouvernement près l'armée que vous commandez, et le citoyen Villars, envoyé de la république française près celle de Gênes, vous soyez chargé des négociations que le désir de la paix que témoigne le roi de Sardaigne...
Page 497 - les armées de la république et condamné à quatre ans de fers pour avoir tenu des propos tendant au rétablissement de la royauté et à l'avilissement de la république.
Page xxiv - Traiter le soldat français avec dureté et humiliation, c'est lui ôter le sentiment d'honneur qui l'a fait vaincre, c'est manquer le vrai but de la discipline. « Les appels multipliés le tourmenteraient sans utilité; il ne doit être soumis qu'à ceux exigés par la discipline, il ne doit pas non plus être consigné avec cette rigueur qui était en usage avant la Révolution. Les chefs ne perdront pas de vue qu'un soldat français est un citoyen soumis à des lois militaires. « Que ces sentiments...
Page 378 - L'on ne pouvait pas cependant ignorer que la prise de Ceva , mettant à notre disposition une partie du Piémont, procurait à l'armée des souliers, des vêtements, des subsistances et des moyens de charrois. La prise de Ceva seule peut procurer à l'armée des cantonnements sains, et terminer ce jeu de barres perpétuel que nous faisons depuis plusieurs années sur les pitons des Alpes et de l'Apennin.
Page 497 - Chaque conseil d'administration nommera à son choix, à raison d'un par bataillon pour l'infanterie , et dans la même proportion pour les autres armes , un capitaine pour remplir les fonctions de rapporteur près les conseils militaires , donner sur le compte des prévenus les renseignemens qu'il aura pu prendre , et produire contre eux ou à leur décharge toutes...
Page 430 - ... des établissements de convalescence. « ART. 5. — Toute réquisition particulière est abolie, il ne pourra plus en être délivré à l'avenir, sauf au Directoire exécutif à employer les militaires pour objets indispensables d'utilité publique. » De son côté, Fréron prenait des mesures vigoureuses pour activer cette rentrée des déserteurs; malheureusement ses arrêtés nous manquent, et nous en sommes réduits aux allusions contenues, à cette date, dans la correspondance du général...
Page 376 - Telles sont les bases sur lesquelles il est instant d'établir une paix durable et une alliance offensive et défensive avec le roi de Sardaigne, et d'après lesquelles il convient de provoquer sans délai une explication de la part de ce prince. Il doit sentir de quelle importance il est pour lui de les adopter, et on peut d'avance lui faire envisager quelles seraient les conséquences de sa non-acceptation et ce que pourraient produire les entreprises des mécontents, dont fourmillent ses Etats,...
Page xxiv - Quelques chefs ont paru oublier ce principe dont ils ne doivent « plus s'écarter. Ils se renfermeront pour les punitions dans les « limites que les règlements prescrivent. Traiter le soldat français • avec dureté et humiliation, c'est lui ôter le sentiment d'honneur qui l'a « fait vaincre : c'est manquer le vrai but de la discipline. « Les sages dispositions de l'arrêté du 8 floréal an 8 n'ont pas « reçu leur exécution dans tous les corps. Le conseil d'adminis« tration n'a souvent...
Page 433 - ... immeubles du condamné, la somme à laquelle aura été fixée la valeur des objets emportés et les dépenses occasionnées par la recherche, la capture et la conduite de sa personne.
Page 374 - Savoye, le ci-devant comté de Nice, etc., etc. Le Directoire croit devoir représenter aux dépositaires de sa confiance, qu'il importe que cette restitution puisse être considérée par le Roi de Sardaigne comme un des principaux gages de la paix et de l'alliance que la France est disposée à contracter avec lui. Le Directoire n'insistera que faiblement sur la cession à faire à la République de l'île de Sardaigne.

Bibliographic information