Mémoires de l'Académie nationale de Metz, Volumes 23-24

Front Cover
Editions le Lorrain, 1843
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 413 - Recueil des travaux de la Société libre d'agriculture , sciences, arts et belles - lettres du département de l'Eure, 2
Page 91 - Cet admirable arrangement du Soleil, des planètes et des comètes ne peut être que l'ouvrage d'un être intelligent et tout-puissant.
Page 410 - Mémoires de la Société royale d'Agriculture et des Arts du département de Seine-et-Oise.
Page 403 - Avant de le livrer à l'impression , on a cru devoir le communiquer à plusieurs membres de la Chambre des pairs et de la Chambre des députés...
Page 101 - La femme chrétienne est donc un modèle surnaturel comme l'ange. Elle est plus belle encore que la beauté., soit que, pour confesser sa foi, elle marche au supplice avec les grâces sévères de son sexe et le courage du nôtre, soit qu'auprès d'un lit de douleur elle vienne servir et consoler la pauvreté malade et souffrante...
Page 410 - Mémoires de la Société royale des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille. Année 1839, seconde partie.
Page 100 - En un moment, en un clin d'œil, au son de la dernière trompette ; car la trompette sonnera , et les morts ressusciteront en un état incorruptible; et alors nous serons changés. 53. Car il faut que ce corps corruptible soit revêtu de l'incorruptibilité, et que ce corps mortel soit revêtu de l'immortalité.
Page 412 - Procès-verbal de la séance publique de la Société d'agriculture, du commerce et des arts de Boulogne-sur-Mer, tenue le 24 septembre 1834.
Page 402 - Dissertation sur les généralités de la physiologie et sur le plan à suivre dans l'enseignement de cette science, présentée au concours pour la chaire de physiologie de la Faculté de médecine de Paris.
Page 82 - Dans le centre éclatant de ces orbes immenses Qui n'ont pu nous cacher leur marche et leurs distances, Luit cet astre du jour par Dieu même allumé, Qui tourne autour de soi sur son axe enflammé.

Bibliographic information