Mémoires de la Société des sciences morales des lettres et des arts de Seine-et-Oise [afterw. Académie de Versailles]., Volumes 4-5

Front Cover
Montalant-Bougleux, 1857
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 144 - Ne parlons plus de hasard ni de fortune, ou parlonsen seulement comme d'un nom dont nous couvrons notre ignorance. Ce qui est hasard à l'égard de nos conseils incertains, est un dessein concerté dans un conseil plus haut, c'est-à-dire dans ce conseil éternel qui renferme toutes les causes et tous les effets dans un même ordre.
Page 295 - Bordeaux; sur les mémoires de la Société impériale des Sciences, de l'Agriculture et des Arts de Lille (1853, —supplément) ; sur ceux de la Société des Antiquaires de Picardie; sur ceux de l'Académie impériale des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Dijon (2.* série, tome IV.
Page 295 - ... c'est un chef-d'œuvre de législation , que le hasard fait rarement, et que rarement on laisse faire à la prudence. Un gouvernement despotique , au contraire , saute , pour ainsi dire , aux yeux ; il est uniforme partout : comme il ne faut que des passions pour l'établir , tout le monde est bon pour cela.
Page 295 - Pour former un gouvernement modéré , il faut combiner les puissances , les régler, les tempérer, les faire agir, donner, pour ainsi dire, un lest à l'une pour la mettre en état de résister à une autre ; c'est un chef-d'œuvre de législation que le hasard fait rarement, et que rarement on laisse faire à la prudence.
Page 48 - L'accusateur public avance : Qu'elle provoquait des rassemblements dans son pavillon de Louveciennes, dont elle voulait faire un petit château fort, ce qui est suffisamment prouvé par les huit fusils que son bon ami, le scélérat d'Angremont, escroqua pour elle à la municipalité de Paris, sous le prétexte que c'était la municipalité de Louveciennes qui demandait ces fusils, ce qui a été reconnu faux.
Page 211 - Je vais au cabaret deux ou trois fois le jour. Je commande à des maçons, à des vitriers et à des menuisiers qui m'obéissent assez exactement, et me demandent de quoi boire. «Je suis dans la chambre d'un duc et pair ; voilà pour ce qui regarde le faste, car dans un quartier comme celui-ci où il n'ya que des gueux, c'est grandeur que d'aller au cabaret.
Page 90 - Quelque nonchalance qu'eut d'ailleurs son maintien, il y avait naturellement dans le port de sa tête, et surtout dès qu'il parlait avec action, beaucoup de noblesse, d'énergie et de dignité. Il semble que l'enthousiasme fût devenu la manière d'être la plus naturelle de sa voix, de son âme, de tous ses traits. Dans une situation d'esprit froide et paisible on pouvait souvent lui trouver de la...
Page 44 - Fouquier... Expose : Que les plaies mortelles et profondes qui avaient mis la France à deux doigts de sa perte avaient été faites à son corps politique bien des années avant la glorieuse et impérissable révolution qui doit nous faire réjouir des maux cuisants qui l'ont précédée, puisqu'elle nous a délivrés pour jamais des monstres barbares et fanatiques qui nous tenaient enchaînés sur l'héritage de nos pères ; que pour prendre une...
Page 152 - ... livres pour le bien de l'humanité. » Sa singulière et grotesque figure fit sur moi une impression à laquelle je n'étais pas préparé. Sous un bonnet de velours noir qui lui descendait jusque sur les yeux, on voyait une grosse perruque qui couvrait les trois quarts de son visage; ce qui rendait son nez et son menton encore plus saillants qu'ils ne sont dans ses portraits.

Bibliographic information