Page images
PDF
EPUB

BULLETIN CRITIQUE.

Publications de l'Ecole française est en préparation une Bibliothèque d'Extrême-Orient.

de l'Ecole Française d'Extrême

Orient dont le premier volume L'Ecole française d'Extrême- Éléments de Sanscrit classique par Orient fondée à Saigon par M. Victor HENRY, Professeur à l'UniPaul Doumer, Gouverneur-Général versité de Paris, est sous presse. de l'Indo-Chine française et dirigée Nous allons passer en revue les par M. Louis Finot, manifeste la volumes de cette collection qui fait plus louable activité. Outre son le plus grand honneur à la science Bulletin, elle a entrepris une double et à l'esprit d'entreprise de la série de Publications; l'une, grand jeune Ecole. in-8, du format des Publications de l'Ecole des Langues Orientales, de I. Numismatique Annamite par Paris, qui comprend déjà trois Désiré Lacroix Capitaine d'Arouvrages: Numismatique annamite tillerie de Marine. Saigon, Imp. par le Capitaine Désiré Lacroix; Ménard et Legros, gr. in-8, et Nouvelles Etudes sur les Chams par Atlas de 40 pl. M. A. CABATUN et Phonétique annamite par M. CADIÈRE; l'autre, D'excellents comptes-rendus de in-folio, débute par un Atlas cet ouvrage ont été publiés dans le archéologique de l'Indo-Chine dû au Jour. Roy. As. Soc., le Journal Capitaine de LAJONQUIÈRE. Enfin Asiatique et la Revue Critique par

au

MM. le Dr. S. W. Bushell, Ed. | Xme siècle, il n'est plus question Chavannes et Maurice Courant. de monnaies annamites, et le KouJ'y renvoie le lecteur. La base siuen-hoei, traité chinois des anmême de la Numismatique de M. ciennes monnaies de cuivre, qui Lacroix est l'excellent travail de donne le dessin de quelques pièces M. J. Silvestre imprimé à Saigon annamites, présente, comme plus en 1883: Notes pour servir à la ancien chiffre, celui de Thái-Binh, recherche et classement des du règne de Tiên-Hoang (968– Monnaies et Médailles de l'Annam 980). A partir de cette époque, et et de la Cochinchine française; M. jusqu'en 1428, plusieurs souverains Lacroix a d'ailleurs dédié son livre se sont abstenus d'émettre des à M. Silvestre. «Il faut remonter monnaies pour des raisons diverses jusqu'au VIème siècle de notre ère, dont il sera parlé dans le cours écrit M. Lacroix, pour entendre de cette étude. Ces rois acceptèrent parler pour la première fois de dans ce cas la circulation des monmonnaies purement annamites. naies chinoises de l'époque, fondues Jusqu'à cette époque, celles dont dans les provinces de Quang-Si, les populations ont fait usage ont Quang-Tong et Fou-Kien, et imété importées par les Chinois. Les portées par des navires chinois. premières monnaies annamites, qui Ces monnaies étaient plus petites sont très rares, sinon introuvables, que celles en usage en Chine, et portent le chiffre de Thiên-Đwc et portaient le chiffre de règne des furent émises par Lý-Nam-Đê en empereurs qui régnaient alors sur 541. Le peu de durée du règne de le Céleste Empire. Les rois de la ce monarque n'a sans doute pas dynastie Lé ont émis des monnaies, permis d'en fabriquer de grandes ainsi que les nombreux usurpateurs quantités, et il est probable que qui ont occupé le trône pendant l'usage de cette monnaie fut pros- cette période si troublée de 1428 à crit dès que les gouverneurs chi- 1800; ces pièces sont, d'une manois eurent rétabli, dans le paye, nière générale, en tous points seml'autorité impériale (603). Jusqu'au | blables à celles en usage en Chine. Les empereurs de la dynastie des Les Tchames, ou Tjames, ou Nguyên, dont Gia-Long a été le Chams, comme les appelle M. Cafondatear, ont essayé d'apporter baton, sont les habitants de l'anquelques changements au système cien royaume de Tchampa que monétaire du Céleste Empire suivi Bergaigne (Jour. As., 1888) nompar leurs prédécesseurs, principale- mait Campā. Marco Polo et Odoric ment en ce qui concerne les mon- de Pordenone ont parlé de ce pays naies en argent, mais ces modifi- auquel Sir Henry Yule a consacré cations n'ont été que passagères et, une note dans son édition du récit de nos jours, les habitants du pays du célèbre voyageur vénitien. M. d'Annam font encore usage de Aymonier a fait une étude spéciale monnaies semblables à celles que du peuple tchame et M. A. Barth leurs ancêtres employaient il y a s'est occupé comme Bergaigne des plus de 1300 ans». M. Lacroix inscriptions. «Les Chams, dit M. étudie les Monnaies dans la pre- Cabaton, constituent une race à mière partie de son ouvrage; dans part, ils diffèrent beaucoup des la deuxième, il décrit successive- Annamites. Alors que ces derniers ment les médailles 1) royales, 2) sont petits (10,59 en moyenne), amulettes, 3) honorifiques et les les Chams atteignent parfois la décorations; une troisième partie taille de 1m,70, dépassant un peu est consacrée aux Monnaies de celle des Cambodgiens.... La coul’Indo-Chine française et au Papier- leur de la peau des Chams varie du monnaie; à la fin se trouve une brun foncé au brun rouge clair.... table chronologique des souverains [La langue] cham est un rameau de l'Annam.

du malais qui se distingue comme

lui par l'invariabilité des mots, II. Nouvelles recherches sur la présence d'affixes, de préfixes, les Chams par Antoine Cabaton. d'infixes et de suffixes permettant Paris, Ernest Leroux, 1901, in-8, de varier à volonté le sens des

racines et de les transformer en substantifs, verbes actifs ou passifs.

Pp. 215.

C'est une lavgue mixte dont le Imp. Nat. (Ernest Leroux), 1902, fond surtout malais, rempli de gr. in-8, pp. XIII – 113. mots qui se retrouvent dans les langues malayo-polynésiennes (ja- M. Cadière entend par Hautvanais, sundanais, bugi, batak, Annam, les trois provinces septenbalinais, awaiama, mala, murua, trionales de l'Apnam, à savoir: etc.), foisonne d'éléments com- cle Thua Thiên, le Quảng Trị et muns aux langues khmère, anna- le Quảng Bính, non tout entier, mite et chinoise et à celles des mais jusqu'au Sống Gianh; au delà peuplades sauvages » de l'Indo- de ce fleuve en effet, c'est-à-dire Chine, sans compter un fort con- dans la préfecture actuelle de tingent de mots sanscrits at arabes | Quảng Trạch (aneien Bộ Chính), introduits avec le brâhmanisme et on trouve le peuple tonkinois avec l'islamisme».

sa physionomie distincte et déjà Outre des notices sur les Divi- quelques particularités dialectales». nités masculines et les divinités Le Sông Gianh, ou mieux la chaine féminines, etc., les fêtes religieuses de collines dite de Đá Nhảy, dans des Chams, des notes anthropologi- le Quảng Bình, était, ainsi que le ques, des remarques linguistiques, fait remarquer M. Cadière, les des principes de lecture et d'écri- limites de l'Annam et du Tongture chames, M. Cabaton donne King. Cette étude est purement des textes, avec la transcription et phonétique; M. Cadière ne s'occupe la traduction. Une bibliographie, pas pour le moment des expresun index des mots sunscrits et un sions, des mots particuliers au index analytique terminent ce vo- dialecte, ni à plus forte raison, lame fort intéressant.

des formes syntaxiques. Cette étude

est divisée en trois parties: 1° muIII. Phonétique annamite difications des voyelles; 2° modifi(Dialecte du Haut-Annam) par cations des consonnes; 3o modifiL. Cadière, de la Société des Mis- cations des accents; dans un apsions étrangères à Paris. Paris, l pendice sont mentionnées quelques particularités d'ordre secondaire compagnées de deux tables; la qui intéressent la phonétique de première est un inventaire somla langue.

maire des monuments par cir

conscriptions administratives; la Atlas archéologique de l’Indo- seconde est un répertoire alphabé. Chine Monuments du Champa tique des points archéologiques et du Cambodge par le capitaine contenus dans l'Atlas. – Les antiE. LUNET DE LAJONQUIÈRE de l'in- quités d'origine chinoise ou annafanterie coloniale. Paris, Imp. Na- mite ont été provisoirement écartionale, MDCCCCI, gr. in-fol., pp. tées de ce travail qui nous marque 24 et 5 cartes.

en réalité ce qui nous reste de la civilisation hindoue dans l'ancien

M. le capitaine de Lajonquière, royaume de Tchampa et dans la attaché avec l'autorisation du Gé- partie française du Cambodge; la néral Borgnis-Desbordes pendant partie siamoise du Cambodge sera deux ansà l'Ecoled'Extrême-Orient, étudiée plus tard. a réuni les matériaux de ce grand M. L. Finot, Directeur de travail qui nous donne la liste et l'Ecole d'Extrême-Orient, dit avec l'emplacement de tous les monu- raison dans la préface qu'il a ments importants de l'Annam et placée en tête de cet Atlas: «On du Cambodge français. Cinq cartes s'apercevra sans peine que cet dressées à l'aide de la Carte de ouvrage surpasse en exactitude et l'Indo-Chine au 500000 publiée par en précision tous les essais tentés l'Etat-Major du corps d'occupation jusqu'à ce jour pour la détermi(édition de juin 1899) portent nation cartographique des monumarqués par des points rouges ments de l'Indo-Chine. On apprél'emplacement des points archéolo- ciera peut-être moins facilement giques: 1° Annam Sud; 2° Annam tout ce qu'il représente de labeur Nord; 3o Cambodge Sud; 4° Cam- et de véritable dévouement». bodge Nord; 5° Carte générale de

Henri CORDIER. l'Indo-Chine. Ces cartes sont ac

« PreviousContinue »