Page images
PDF
EPUB

CHAPITRE III.

L'Armée auguste marche contre le Kharezme.

Conquête de ce Pays faite par le puissant
Bras de l’Intrépidité. Évenemens de ce
Temps.

Nad. 53.

Autrefois les frontières du Khoraslan étoient A.D. 1740. souvent harassées & opprimées par des armées de Turcmans, & d'Ouzbegs du Kharezme: ainsi, fa Majesté douée du pouvoir de Dara, résolut de fe venger de ces injures, & de punir ces outrages. Elle étoit confirmée dans ce dessein par l'arrogance d'Ilbars, prince de ces territoires, lequel dans l'absence de l'armée impériale avoit élevé sa tête sortant du collier de l'audace, & commis mille désordres dans le Khoraslan.

Après que les affaires du Turquestan furent 8 Septemréglées, le seize du mois Regeb, l'armée for. tunée quitta les environs de Bokhara & de station en station s'avança vers le Kharezme. Quand elle eut atteint Khagé Kelaffi, qui est à douze parasanges de Serkhefer, fa Majesté reçut avis que les Turcmans du Kharezme

bre,

Nad. 53.

1

A la pre

[ocr errors]

23 Septem-
bre.

A.D. 1740. sous le commandement de Mohammed Ali

Ochak, s'étant joints aux Ouzbegs de ces
districts, étoient parvenus avec leurs forces à
fix parafanges de Tchargiou.. A cette nou-
velle, l'heureux monarque ordonna que les
bagages le suivissent à petites journées, &,
prenant avec lui un corps de troupes choisies,
il sortit du camp pendant la nuit.
mière heure du jour ayant passé le pont, il
attendit de l'autre côté de la rivière

que

tous ses soldats l'euffent aussi passé, ensuite il fit camper son armée dans le voisinage de Tchar, giou.

Le jour d'après, Mardi, vingt-un du même mois, les bannières éclatantes comme le soleil furent élevées pour donner bataille à l'ennemi. L'après-midi de ce jour les vedettes découvrirent l'armée du Kharezme par la noire poussière qu'elle élevoit dans les airs. Aussitôt l'avant-garde des victorieuses troupes eut ordre de les attaquer, & de faire durer: l'engagement jusqu'à ce que fa Majesté pût le : rendre général en faisant avancer l'arrièregarde.

Peu après Nader Chah, quittant le centre de l'arınée, s'avança à la tête d'un corps de vaillans guerriers dans la plaine du combat. Soudain les ennemis, étonnés par

sa présence, recoururent à la fuite ; , leur fermeté fut

Nad. 53.

eux, ainsi

ébranlée jusques dans ses fondemens, ainsi 4. Da 1740. que les murailles d'une tour ; ils furent submergés par les vagues dont les inondoient les légions victorieuses, & ils abandonnèrent le champ de bataille. A l'aide de la divine Providence, & par

le commandement royal, les hardis combattans poursuivirent les fuyards, consumèrent plusieurs d'entre eux, que

des roseaux & des ronces, par le feu de leurs cimeterres en mirent plusieurs dans les chaînes de la captivité, & les conduisirent aux tentes augustes.

Les Persans, après avoir vaincu ces arrogans ennemis, demeurèrent un jour dans cette station, afin d'éxaminer leur butin, & leurs prisonniers, & le lendemain ils retournèrent au camp royal.

Cependant, le prince Riza Kuli Mirza désiroit ardemment de voir son frère Nasralla Mirza, qui depuis son retour de l’Indoftan avoit presque toujours séjourné en Hérat, & qu'il n'avoit pu rencontrer à la cour; il obtint donc la permission de se rendre à Més chehed avec Ali Kuli Khan.

L'armée de Nader Chah étant obligée d'attendre quelques troupes, & les bagages qui étoient restés derrière, demeura cinq jours en ce lieu. Dans cet intervalle, sa Majesté ordonna

que les barques, chargées de l'artillerie

bre.

ANDS. 1740. & des provisions, côtoýassent la rivière Ami

vié, & prissent, en suivant l'armée, la route

du Kharezme. 30 Septem Le Mardi, vingt-huitième du même mois,

les conquérans étendards quittèrent les bords

de cette rivière avec une pompe royale, & 15 Octobre. le treizième de Chaaban les tentes furent

dressées dans un lieu nommé Divéyoussi, qui étoit le commencement des territoires du Kharežme.

Ilbars, prince de ce pays, étoit alors dans le château de Hezaresb à trois parafanges de Divéyousli ; il s'étoit préparé pour donner bataille avec ses

troupes,

de Turcmans & d'Ouzbegs, rassemblées de Dechet, Kharezme, & Aral.

En conséquence, fa Majesté s'arrêta trois jours à Divéyoussi dans l'espoi: d'attirer llbars hors du château ; mais l'ayant attendu en vain, elle laifla fon bagage, ses munitions, & ses

barques de provisions dans leur station, & le 18 Octobre. seize de Chaaban, s'approchant d'Hezarelb,

elle planta son camp à une demi-parasange de ce château : là, on vint lui apprendre, que le prince Ilbars, raffermissant le pied du courage, persistoit dans la résolution de se défendre.

Comme cette place étoit extrêmement forte, & presqu'imprenable, il auroit été imprudent

Nad. 53.

[ocr errors]

de l'attaquer ; ainsi le grand conquérant en A.D. 1740 abandonna le dessein, & marcha le jour d'après vers Kheïou, le siége de l'empire du Kharezme, & le centre de ce royaume, imaginant que ce mouvement ébranleroit la chaîne de la résolution d'Ilbars, & le seroit sortir de son fort.

En effet, lorsque l'armée royale eut avancé d'une station, Ilbars quittant Hezaresb se mit à suivre le rivage de l'Amivié, dont la crainte ne lui permettoit pas de s'éloigner: mais une compagnie des tribus de Yemout, de Tekké, & autres Turcmans du pays, osèrent s'écarter de la voie de la prudence, & s'avancèrent plus loin. Sa Majefté, en ayant été avertie; ' làisfå l'armée dans le lieu où elle étoit, s'avança à la tête d'un détachement de guerriers chasseurs de lions, & coupa le chemin aux téméraires ennemis; plusieurs d'entre eux furent pris, plusieurs tués : le reste s'enfuit vers llbars, que se retira avec précipitation dans le château de Khankah, une des cinq forteresses du Kharezme, situé entre Hezarelb and Kheïou, devant lequel il fixa fon camp.

Les troupes impériales demeurèrent tout ce jour sur le champ de bataille, & le matin s'avancèrent

pour attaquer Khankan. A la troisième heure, les coursiers affamés de carnage firent entendre leur trépignement autour du château;

« PreviousContinue »