Page images
PDF
EPUB

Nad. 57.

bre, 1743,

que Sam avoit été fait prisonnier. Ce pré- A.D. 1744. tendant, après avoir été défait à Chirvan (comme il a été dit dans le récit des événemens de la précédente année), avoit pris la réfolution de s'enfuir en Georgie ; mais étant observé

par

Tahmouras Khan, & ayant été surpris dans les défilés d’Ekhelkil, le vingt- 30 Décem quatre du mois Zou'lkadé, il avoit, ainsi que ceux qui accompagnoient sa fuite, été envoyé, chargé de chaînes, au château de Karakelgian.

Sa Majesté ordonna aussitôt qu'on arrachât les

yeux à Sam, & qu'il fût envoyé avec les autres prisonniers à Ahmed Pacha, avec ce message, que, “ Puisque Sefi Mirza étoit avec “ lui, les deux frères pourroient s'entre-regarder.”

Quand les troupes royales furent parvenues à Couri en Georgie, la nouvelle fut apportée de la défaite des Turcs, qui arriva de la manière suivante. Après que les ministres de la Porte eurent résolu de soutenir les prétensions de Sefi Mirza, dans le nombre des projets qu'ils firent pour y réussir, fut celui-ci. Ils envoyèrent plusieurs dons précieux à Ahmed Khan Osmeï, à Mohammed fils de Serkhas, & aux chefs d'Oar, de Genktaï, de Tabresran, & de Derbend, le tout accompagné de lettres flatteuses

pour chacun d'eux, leur demandant leur assistance en faveur du prince Sefi Mirza.

A.D. 1744.
Nad. 57.

Youssef Pacha, gouverneur d'Akheské, fut chargé de cette commiffion; mais, quand il eut atteint Couri, Tahmouras Khan, commandant de Cakht, étant averti de fon intention, & s'étant joint à Ali Khan Kiligi, gouverneur de Teflis, dressa une embuscade pour le surprendre. Youssef, pour plus grande sureté, s'étoit campé proche d'une montagne dans le milieu d'un désert, & avoit envoyé les préfens & les lettres par la voie du Daghestan. Mais les deux Khans, qui connoissoient parfaitement les chemins, & qui possédoient l'art de la guerre, envoyèrent un détachement, qui, fermant les passages à ces messagers, en tuèrent ou firent prisonniers la plupart, s'emparant de leurs présens & de leurs lettres.

Quand Youssef Pacha apprit le malheur arrivé à ses gens, il en perdit presque la raison, & devenant le compagnon de l'étonnement & l'ami de la confusion, il s'enfuit & périt dans sa fuite.

Au récit de ce succès, fa Majesté récompensa Tahmouras Khan

par
le

gouvernement de Cartil, & donna à son fils Ezeikeli Mirzaï celui de Cakht.

Les importantes affaires du Chirvan étant ainsi décidées, fa Majesté manda le prince Nasralla Mirza, qui, obéissant à ce commandement, joignit l’armée royale. Alors les éten

Nad. 57.

dards conquérans ayant quitté les bords de A. D. 1744. Peugekhan, s'avancèrent par les quartiers de Coktché, & s'arrêtèrent dans un endroit nommé Khanki, à fix parasanges d’Arpetchaï.

Le douze de Giumadi’lakhri les bagages 91 Juillet furent laissés en ce lieu, & l'armée marcha à Cars.

Au dehors de cette cité, les victorieuses bannières brilloient dans le firmament, & toutes les fois que le général Turc, ou les Pachas, faisoient quelques sorties, ou présentoient bataille, aussi souvent plusieurs d'entre eux étoient tués, ou faits prisonniers, & le reste obligé de se retirer en désordre dans la place.

Cependant, le douze de Rege! les bagages 11 Aoút. joignirent le camp; fa Majesté fit ensuite élever des forts & des retranchemens autour de Cars, distribuant ses troupes & son artillerie dans les différens quartiers.

Ahmed Khan le Lekzie, qui, à la réquisition des Turcs, étoit venu assister le commandant de Cars, voyant les choses dans cette situation, entreprit de s'échapper pendant la nuit avec les siens ; mais les sentinelles ayant donné l'alarme de leur fuite, un détachement fut envoyé sur leurs pas, & plusieurs d'eux furent mis à mort.

Les assiégés s'affoiblisfant tous les jours, & les

Nad. 57.

A. D: 1744. secours n'arrivant point, les soldats Turcs com

mencèrent à déserter en foule; alors le géneral étant réduit à l'extrémité, envoya au camp Persan Abderrahman Pacha, & Ahmed Effendi Kisrili, fameux par ses ouvrages & son savoir, avec plusieurs officiers de

marque,

les faisant

accompagner de présens considérables, & demandant la permission de faire savoir à la Porte les pacifiques intentions de fa Majesté.

Après des messages réitérés des deux côtés, le généreux héros consentit à cette requête, & le général envoya Ahmed Kisrili avec plufieurs chefs de l'armée à la cour Ottomane. Comme la froide faison s'approchoit, & que Cars étoit remarquable pour la rigueur du

froid, l'armée royale s'en éloigna le second du 20 Septem-bien-heureux mois de Ramazan & prit la

route d’Arpetchai, d'où elle vint à Akheské, & à Akhelkilk, & campa dans ces agréables plaines, fameuses pour leur fertilité.

Après avoir fait des provisions suffisantes, fa Majesté résolut de passer l'hiver à Berda, où l'on respiroit l'air le plus pur. A cet effet, elle envoya dans ce lieu plusieurs milliers d'ouvriers ; ils se mirent à y bâtir des maisons & des palais avec du bois & des cannes, &, en creusant les fondemens, ils trouvèrent de l'eau en abondance. Alors Nader ayant pris la route d'Aktché Kala & Kezak, arriva à

bre.

Nad. 58.

bre.

bre.

Cangé & à Berdá dans le commencement du 4. D: 1745. mois Zou'lkadé, & y établit ses quartiers d'hiver.

Quand les chevaux se furent reposés plusieurs jours, fa Majesté se détermina à punir les Lekzies du Dagheftan, & prenant avantage d'une faison dans laquelle ils ne pouvoient s'attendre à être attaqués, elle marcha contre eux avec des troupes choisies le vingt-deux de 31 Décemi. Zou'lkadé. Elle passa le pont

de Giovad, & par des marches forcées arriva à Derbend le fix de Zou'lheggé. Elle divisa ses troupes en 17 Déceme quatre bandes, & entoura de tous côtés les Lekzies surpris, ' & bien éloignés de la croire fi près dans un temps si rigoureux.

Les habitations de ces rebelles furent donc saccagées & dévastées, & l'on saisit un nombre infini de chevaux & de beftiaux.

Le pillage & la rapine ayant duré pendant trois jours, & les chefs du Dagheftan étant venus implorer grâce, fa Majesté les revêtit de la robe du pardon & de la clémence. Le jour de la fête d'Azhi, elle revint à Derbend, où ayant réglé les affaires du pays, elle retourna par la voie de Tabresran à Perdá, & atteignit 29 Janvier, ses quartiers d’hiver le cinq de Moharrem.

En ce lieu Nader Chah & fon armée des meurèrent vingt jours, mais comme les pâturages & les fourrages étoient plus abondans

1745.

[blocks in formation]
« PreviousContinue »