Page images
PDF
EPUB

A.D. 1743.
Nad. 56.

Ces deux Khans demeurèrent long-temps en ces lieux, couverts du voile de la déception.

Ils furent enfin mandés à la cour étendue comme les cieux, & leurs

gouvernemens furent donnés à Mohammed Hussein Khan Kirklou, qui revenoit de son voyage de Russie. Taki Khan, à l'arrivée de Mohammed Hussein, se crut obligé de cacher avec plus d'artifice ses mauvaises intentions, mais étant maître de l'artillerie, & ayant dans ses intérêts une troupe de rebelles errans, il tomba tout à coup

sur Kelbali Khan, qu'il tua, & s'avança pour fe saisir de Mohammed Hussein. Celui-ci alarmé s'embarqua sur le vaisseau de la fuite, &, pour aborder au rivage de la sureté, reprit immédiatement le chemin de Chiraz; mais, s'apercevant que Taki Khan marchoit sur ses

pas,

il se retira, & fit savoir sa situation à la cour aussi grande que

le firmament. Taki Khan, ne trouvant plus d'opposition, entra dans Chiraz, & y déploya les bannières de la rebellion. Un détachement de l'auguste armée fut aussitôt envoyé pour aider Mohammed Hussein à faire rentrer Taki Khan dans le devoir : ce rebelle, après avoir tenu quelque temps dans son fort, fut fait prisonnier, & Chiraz, qui avoit été le fiége de la. joie & la demeure des délices, devint par

fon crime le séjour de la rapine, de la mort, & de

Nad. 56.

la captivité. Les fils de Taki Khan furent A.D. 1743. condamnés à la mort; lui-même à perdre un bred peil & sa virilité : cette sentence fut exécutée, & il fut traîné, chargé de chaînes, à la cour auguste.

CHAPITRE XIII.

Troubles d'Afterabad.

1741.

Le quinze du mois Zou'lheggé les victorieuses 20 Janvier, bannières s'avancèrent de Chehervan vers l'Azarbigian. Après leur arrivée dans le voisinage de Mahidechet, fa Majesté apprit que plusieurs des principaux Kagiars, irrités de la conduite de Mohammed Hussein Khan, leur gouverneur, s'étoient joints à la tribu d’Yemout, & étoient entrés féditieusement dans la ville d'Afterabad : que le fils de Mohammed, vice-gouverneur de ces districts en l'absence de son père, avoit été trouver Bahboud Khan, commandant d'Etek, & l'avoit engagé à l'afsister pour punir les rebelles.

Sur ces nouvelles Mohammed Hussein, alors au camp impérial, fut envoyé avec des troupes

Nad. 57.

A.1. 1744. choisies dans son gouvernement, & en eut

bientôt réduit les habitans à l'obéissance: mais,
comme une longue inimitié subfiftoit entre lui
& les Kagiars, il saisit cette occasion pour en
donner de sanglans témoignages, faisant, sous
le moindre prétexte, mettre à mort l'innocent
& le coupable, & rendant ce pays une scène
de désolation.

Quand l’armée impériale eut atteint Ker-
manchah, fa Majesté nomma son neveu Ibra-
him Khan, gouverneur du Kiurdestan & du
Loristan, & lui donna des forces suffisantes
pour le soutenir, avec ordre de demeurer sur
les confins de Kermanchah.

Cependant, Nasralla Mirza, qui l'année d'auparavant avoit été envoyé en Kharezme, avoit reçu les protestations de fidélité des chefs tant de cette contrée que d’Aral ; il avoit donné la principauté du Kharezme à Aboul Mohammed, fils d'Ilbars, & choisi Ertouk Eniak pour son ministre.

Mais peu après quelques Kharezmiens rebelles se joignirent à la tribu d'Yemout, & mirent à mort Ertouk Eniak.

Sa Majesté, instruite de ces événemens, fit partir Ali Kuli Khan pour le Khorassan, & résolut de réduire les rebelles l'année suivante. Ensuite les étendards favorisés du ciel, ayant quitté Mahidechet, furent arborés à Kalmerou.

[merged small][ocr errors]

CHAPITRE XIV.

Événemens de l'Année de la Souris, répondant à

celle de l'Hégire 1157

Nad. 57.

Le Vendredi, cinquième du mois Sefer, six A.D. 1744. minutes après la fixième heure, le monarque du quatrième ciel, le rayonnant soleil, s'avança de la station des Poissons vers son siége exalté du Belier. L'armée de la saison pluvieuse fut mise en fuite, & les forces de la nuit défaites. Le splendide & valeureux printemps déploya ses bannières de cyprès & de pins, & fit entendre la musique guerrière de ses nuées foudroyantes. Les

Les troupes militaires des jardins furent mises en ordre. Les bataillons des arbres & des arbustes se couvrirent de leurs casques de fleurs & de boutons, & se préparèrent à repousser l'armée de l'hiver.

La fête royale de cette belle saison fut célébrée avec la plus agréable pompe dans la ftation de Kalmerou, & le banquet de la nouvelle année fut accompagné de gloire & de prospérité.

En ce même temps, Ahmed Pacha Gemal

A, DE 1744. Ogli, généralissime pour la cour Ottomane, ~ qui avoit été envoyé à Cars, afin d'y soutenir

les intérêts du prétendant Mohammed Ali connu sous le nom de Sefi Mirza, fit répandre des lettres dans les districts de l’Azarbigian, qui déclaroient ses mauvaises intentions.

Quelques-unes de ces lettres, étant tombées sous les yeux de fa Majesté, allumèrent dans son cour le feu d'une juste colère & l'obligèrent de faire marcher les troupes royales vers Abher. En ce lieu elle apprit que ce général avoit été déposé; 'qu’Ahmed Pacha, dernier grand' visır, avoit été nommé à sa place, & que Mohammed Aga, envoyé de Bagdad pour traiter de la paix, attendoit alors à Constantinople des nouvelles d'Ahmed Pacha.

Sur ces intelligences fa Majesté envoya ordre au commandant d'Erivan de mettre en liberté les prisonniers Turcs, &, les faisant conduire au nouveau généralissime à Cars, d'essayer fi on en pourroit venir à des moyens d'accommodement. Le gouverneur obéit, mais le général Turc envoya pour réponse, “ Qu'après

ce qui s'étoit passé, il étoit impossible de $ conclure une paix ; qu'il étoit envoyé par “ l'auguste Porte pour soutenir & établir Sefi “ Mirza, amené par

lui en Perse." En chemin sa Majesté reçut la nouvelle

« PreviousContinue »