Page images
PDF
EPUB

la nou

A représenter l'état des affaires, & le besoin de

traiter de la paix. ,. En conséquence il se dé-
termina à ne point passer Kercouk. Ce fut
en ce lieu qu'il reçut la déclaration de l'em-
pereur Ottoman, faite d'après la décision du
Mufti &z des illustres Effendis ; elle portoit
"Qu'il étoit permis de tuer, & de prendre pri-
“ fonniers les peuples de l'Iran, & que
“ velle fecte étoit contraire à la vraie croyance."

Les ministres de la Porte envoyèrent ce fetva, ou cette décision, par Abdalla Effendi, ils l'adrefsèrent à Hussein Pacha, gouverneur de Mouffel, auquel on envoya pour renfort, Hussein, gouverneur d'Alep, plusieurs autres Pachas, & de bonnes troupes,

D'après cette conduite fa Majefté ne balança 95 Avút. plus dans ses résolutions ; le quatorze de

Regeb, ses étendards s'avancèrent vers Mous, Septem- fel, &, le vingt-trois du enême mois, l'armée

royale arriva à quatre parafanges de cette capitale.

Koutche Pacha, gouverneur de Couï, étoit dans la garnison ; il éperonna le coursier de la hardiesse, & à la tête d'une compagnie de soldats. Turcs, it tomba sur l'avant-garde de l'armée Persane, mais il fut repoussé & battu plusieurs des siens demeurèrent fur le carreau & le reste fut obligé de se retirer dans la place.

Le vingt-cinq les tentes furent dreffées à

bre.

4 Septembre.

une demi-parasange de Mouffel, près" đu 4. p. 17 . tombeau d'Younes Ebn Mati (à qui Dieu

· Nad. 56.

fasse paix !)

D'abord deux ou trois savans de Mouffel vinrent à la glorieuse cour, dans le défein d'entamer une négociation pour tâcher d'amener les choses à un accommodement:' mais les Pachas n’approuvant point cette démarche, & persistant dans l'intention de défendre la ville, fa Majesté se prépara à l'assiéger.'. Elle fit bâtir un pont, semblable à la voie lactée, sur la rivière de Mouffel, que l'artillerie & le's vaillans mousquetaires passèrent aussitôt: fáns perdre de temps, on éleva des batteries, & l'on creufa des mines.

Quand les lignes de circonvallation, les 17 Septemquelles entouroient la ville, comme un océan de feu, furent finies; un Vendredi, huitièine de Chaaban, pendant la nuit, les canons & les mortiers commencèrent à tirer sur la nison, & à lui faire craindre l'approche du jour du jugement : les boulets & les bombes consumoient jusqu'aux ames, & ébranloient les fondemens des édifices.

Ces flammes ravageantes ayant continué pendant plusieurs jours, les Pachas 'virent qu'il n'y avoit aucun moyen d'éluder les volontés de l'invincible Nader, & qu'il falloit confentir à l'exécution de ses desseins. Ils

bre.

gar

Nad. 56.

AxD1743. envoyèrent donc leurs Effendis & leurs of

ficiers à l'auguste camp, avec des chevaux Arabes & autres présens, proposant d'envoyer à la Porte pour conclure la paix entre les deux empires de la manière qui seroit la plus agréable à sa facrée Majesté.

Le généreux conquérant, dont le plus grand désir étoit d'éteindre le feu de la guerre, & d'établir une bonne paix, accepta cette proposition, & revêtit ceux qui la faisoient du manteau de la sureté, Les Pachas choifirent pour cette députation le * Kazi & le Mufti de Mouffel, ainsi que plusieurs commandans Turcs, afin que cette grande affaire fût traitée avec plus de poids & de succès à Constantinople.

Cependant, Mohammed Aga, envoyé pour le même sujet par Ahmed Pacha, étant revenu de son message, rapporta que l'Empereur Ottoman lui avoit déclaré de sa propre bouche,

Qu'il ne croyoit pas que l'amitié & l'amour “ fraternel que Nader Chah professoit pour

lui, eussent pu lui permettre de passer les “ bornes de leurs réciproques dominations ;

qu'il auroit dû traiter de ses demandes sur “ les frontières des deux empires, afin d'ame

ner le traité à une parfaite & folide con

* Cadi.

Nad. 56.

[ocr errors]

“ clusion ; mais que néanmoins si Nader A.D. 1743. “ vouloit se défister de la proposition sur la “ cinquième fecte, dont l'octroi seroit pré“ judiciable à l'empire Ottoman, il donneroit

pleins pouvoirs à Ahmed Pacha pour con“ clure une paix.”

Sur cette réponse, le second de Ramazan, 100ctobre. l'armée se mit en marche pour Kercouk; mais comme sa Majesté vouloit visiter les lieux sacrés de ces quartiers, elle quitta le camp, lorsqu'on eut atteint Karapeté ; & le laissant dans un lieu nommé Khankin, elle partit dans ce pieux dessein, accompagné seulement d'une compagnie de cavalerie.

Soliman Pacha & Mohammed Aga, fidelles serviteurs d'Ahmed, vinrent trouver Nader Chah à Chehervar, lui offrirent des préfens considérables, & furent honorés par lui de ceinturons garnis de perles, de splendides robes, & d'autres magnifiques marques de distinction.

En quittant la présence sacrée, Mohammed Aga retourna à la Porte pour rendre compte de fa commission, de l'acceptation d'Ahmed Pacha des pleins pouvoirs, & du départ de l'armée Persane.

Après que fa Majesté eut visité les tombes des saints hommes (auxquels Dieu fasse paix !) elle s'embarqua sur le Tigre dans une barque, qu'Ahmed avoit rendue aussi magnifique &

Nad. 56.

A D: 1743. ausli commode qu'il étoit possible, &, ayant

visité le tombeau de l'Iman Abou Hanifé (sur lui soit la grâce du Très-haut !) elle retourna le même jour à sa glorieuse tente, & le jour d'après se rendit à Negef Egeref par la route d'Hillé.

Comme il y avoit dans la suite royale, des hommes savans de l'Iran, du

pays

des Afgans, de Balkhe, de Bokhara, & d'autres provinces du Touran, & qu'ils avoient unanimement le désir d'éteindre toute animosité parmi les fidelles croyans, sa Majesté fit appeler ceux qui, foit dans les saints lieux d'Hillé, soit dans la contrée de Bagdad, égaloient en savoir ceux, ci & les rassembla dans la maison sacrée.

Après une longue discussion, il fut convenu qu'on couperoit la corde de la diffention, & qu'on nettoieroit la claire fontaine du Mohamétisine du limon des doutes, & des controverses sur le sujet en question.

En effet, après que les articles de cette convention eurent éié rédigés, toutes les illustres personnes qui en étoient témoins y apposèrent leurs sceaux; on la dépola dans le trésor sacré, & on en dispersa des copies dans tout l'empire.

Voici en substance ce qu'elle contenoit, & par

où elle commençoit :

Quand la mission du glorieux prophète (sur lequel & sur sa famille soit la grâce de

« PreviousContinue »