Page images
PDF
EPUB

Nad. 56.

Mars en

çant, mit le fiége devant les forteresses des A.D. 1743. bocages & des collines; les Pachas souverains du nouvel an envoyèrent, commé ambassadeurs, les vents frais pour appaiser la dispute commencée avec le puissant monarque Chebat Février & & le Sultan Azar. Les Effendis des cyprès Syrien. & des pins vinrent abattre les arbres des querelles & des dissentions : les seigneurs des buis & des ormeaux, les Kazis des boutons d'églantine, qui tiennent la première place dans les jardins, répandirent leur lumière de tous côtés, & écrivirent le diplome public de joie & d'allégresse ; enfin les brillantes roses avec les javelines de leurs épines acérées percèrent les froides troupes de l’hiver, qui avoient si long-temps infesté leurs bosquets.

Après que la fête du Neurouz eut été célébrée par toutes sortes de divertissemens, l'armée royale paila le pont de Giovad, & campa dans les plaines de Mogan, où elle se reposa pendant vingt jours. Ensuite elle se mit en marche par la voie de Karatchemen, & passa à quatre parafanges de Tauris. Sa Majesté donna le gouvernement de cette dernière ville, ainsi que le commandement des forces de l'Azarbigian, à Achour Khan Papalou, choisissant six mille hommes dans fon armée fortunée pour le soutenir ; elle ordonna aux gouverneurs de Derbend, de Chir

Nad. 56.

Ma

A.D. 1743. vañ, de Teflis, d'Erivan, & de Karabag, ainsi

qu'à celui des Afchars, d’être toujours prêts à s'affifter mutuellement en cas de nécessité.

Le prince Nasralla, qui résidoit en Khorassan, fut alors mandé à la cour, où il arriva le vingt-quatre de Rabiu'lavel, accompagné des nobles princes Chahrokh & Imam Kuli Mirzas; dans leur suite étoit un ambassadeur de l'empereur des Indes, chargé de présenter de nouveaux dons, dans le nombre desquels étoit une porte admirablement bien travaillée, ornée de feuillages rouges de bois de Sandal (que dans la langue Indienne on nomme Bangalah) & dont le grillage étoit l'ouvrage des plus habiles artistes. Cet ambassadeur ayant été reçu avec de grands honneurs, les étendards semblables aux cieux se mirent en marche, &, de station en station, arrivèrent à Senendege. : Sa Majesté, qui avoit depuis long-temps déterminé d'aller en Turquie par la route de Bagdad, fit passer ses canons destructeurs en Kermanchahan par

le chemin d'Hamadan, & ordonna qu'ils restassent en Zohab, place frontière de la province de Bagdad, dont Ahmed Pacha étoit gouverneur.

Celui-ci voyant le dessein de Nader Chah, lui

envoya Mohammed Akaï, maître de sa maison, avec des chevaux Arabes & des présens considérables,

Nad. 56.

[ocr errors]

& lui fit dire que,

Quoiqu'il lui vouât fou- A.D. 1948. “mission & amitié, il le prioit de considérer

qu'un général de la Porte ne pouvoit sans “un délhonneur éternel lui abandonner en“ tièrement une place qui lui avoit été confiée."

Sa Majesté reçut en bonne part ce message, & envoya plusieurs détachemens pour s'emparer de Sameré, Hillé, Negef, Kerbelaï, Hassaké, Rematimé, & plusieurs autres places sur les bords du Dialé (Tigre) de la dépendance de Bagdad ; elle nomma, pour commander ses troupes dans les environs de Bafra, Kougé Khan Cheikhlou, & lui associa les gouverneurs d'Havisé,de Chouster, de Dezfoul, & celui des Arabes de ce quartier. Elle ordonna aussi aux régimens qui étoient proche d'Havisé d'aller au delà de Chattolarab pour se mettre en action, selon les ordres donnés à tous. Le neuvième de Giumadi’laveli, 5 Juin. Nasralla Mirza, & les autres princes, avec le bagage & les munitions surnuméraires, se mirent en marche pour

Hamadan. L'ambassadeur Indien fut congédié après avoir été baigné dans la rosée de la munificence royale ; Nader Chah envoya à l'empereur de l’Indoftan quantités de pierreries, & plusieurs vases garnis de perles, à la valeur de cinq lacs (chaque lac, selon la supputation de ce temps, étant cinq mille tomans); il joignit à ces

[blocks in formation]

Nad. 50.

[ocr errors][ocr errors]

A.D. 1743. présens cent & une chaines d'éléphans, grands

comme des montagnes : le tout fut confié à
Mirza Mohassen Nichapouri neveu de Saadet
Khan ; il renvoya avec ces deux ambassadeurs
les musiciens & les danseurs, qu'il avoit aménés
de Chahgehanabad pour enseigner aux Per-
sans la musique & la danse des Indiens.

Sa Majesté, ayant résolu d'établir fes quara
tiers d'hiver aux environs de Bagdad, donna
ordre que l'on transportat les provisions au
lieu qu'elle avoit fixé pour son camp; & les
bannières s'avancèrent

par

la voie de Chehri.
zour vers le château de Tchalan.

Khaled Pacha, gouverneur de Baban & de
Chehrizour, s'enfuit; mais Selim Beg, son
cousin, accompagné de plusieurs chefs des
Kiurdes, se rendit à la cour impériale ; il

у
fut honoré du titre de Khan, & nommé au
gouvernement de ce pays. Tous ces ter-
ritoires se rendirent au grand conquérant, qui

ensuite fit marcher l'armée vers Kercouk, lieu 16 Juillet. qui, le quatorze de Giumadi’lakhri, fut em

belli

par les superbes tentes.
Les habitans de cette place, déçus par leur
confiance en ses fortifications, fermèrent le
sentier de l'obéissance, & ouvrirent celui de
l'opposition. Sa Majesté, qui avoit fait

pren-
dre les devans à son artillerie, fut obligée de
demeurer quelques jours dans l'inaction à

Nad. 56.

[ocr errors]

l'attendre ; mais lorsqu'elle fut arrivée, elle fit A.D. 1743. bombarder le château de quatre côtés, & fit jouer ses canons & Tes mortiers contre les murs, depuis le matin jusqu'au soir.

Alors les flammes de la calamité, comme un jugement du ciel, descendirent sur la garnison, qui ne pouvant plus supporter l'ardeur cuisante de ces feux, demanda grâce le Mardi, ringt-un du même mois. Sa clémente Ma- 2 Août. jesté accepta leurs offres de soumission, & revêtit leurs chefs des robes de grâce & de bonté ; dans le même temps elle envoya un détachement pour s'assurer du château d'Ardebil, une des plus solides forteresses de ces contrées, mais qui ne tint point contre le Héros victorieux.

CHAPITRE IX.

Le Monarque avec un Cæur aufi copieux que

la Mer marche contre Mousel, & l'afiége.

NADER Chah n'ignoroit pas que le gouverneur de Bagdad avoit envoyé à Conftantinople Mohammed Aga, auquel il avoit ordonné de

« PreviousContinue »