Page images
PDF
EPUB

A.D. 1740. leur forteresse au camp impérial, & leur sou

mission fut reçue avec bonté & clémence.

Sa Majesté choisit quatre mille jeunes Ouzbegs, &, les enrôlant dans sa victorieuse armée, les

envoya au Khoraslan; elle rassembla tous les esclaves qui avoient été pris en Khorassan pendant le cours du dernier règne, & les rendit à ceux de leurs parens que se trouvoient alors. Comme un grand nombre de Russes avoient jadis été faits captifs, elle leur donna auffi leur liberté, les laissant les inaîtres d'aller où leur plairoit. Il avoit été fait douze mille prisonniers en Khorassan, dont quatre mille étoient dans la citadelle de Kheïou; à ceux-ci on fournit des chevaux, des bêtes de charge, & des provisions, pour les conduire dans leur propre pays, leur afsignant pour habitation une ville à quatre parasanges d’Abiver:1 dans un lieu nommé Tchecheme Gelengiah, que les architects de fa Majesté avoient bâti, & qui depuis porta le nom de Kheïouabad.

L'Empereur demeura dans le Kharezme pendant plusieurs jours pour en régler les affaires; &, ayant trouvé que, donner une armée furnuméraire au prince de Kharezme, ce seroit un trop pesant fardeau pour les habitans de ce pays, il se contenta de recevoir

Nad. 53.

les plus fortes protestations d'obéiffance & de AD 1740. fidélité de la part de leurs chefs: ainsi il ne laissa à ce prince qu'un corps de troupes de ses propres territoires; &, le dix-sept du bienheureux mois de Ramazan, il tourna les reines de son coursier, & parvint à Tchargiou le quatre du mois Chaval.

Dans ce lieu se rendit Hakim Biatalik, premier ministre de Chah Abou'l Feiz, roi de Touran, chargé de la part de ce roi d'une ambassade, & de plusieurs présens; il

у
fut

reçu avec de grands honneurs, & des marques de distinction, & ensuite congédié. L'armée partit de Tchargiou, & vint à Mérou ; là, Neïaz Mohammed Khan, prince de Balkhe, fut mandé, ainsi que le gouverneur d'Andekhod, & les chefs de ces quartiers : ils reçurent des instructions pour régler les affaires de leurs gouvernemens.

Après ces arrangemens, les augustes troupes se mirent en marche pour Mechehed, elles passèrent par Kelat, par Meïab, & par Kiopekab, pays qui étoient autrefois l'habitation de fa Majesté.

Quoique Nader Chah eût déjà embelli Kelat

par les plus superbes bâtimens, il donna de nouveaux à ordres fes ouvriers pour y bâtir des marchés, des places, des bains, mosquées, & des écuries. De ce lieu il envoya un gou

Nad. 53.

AD. 1740. verneur, & des officiers convenables à Kheï

ouabad, & joignit aux anciens habitans du pays les captifs qu'il y avoit transplantés de Kheiou.

Ayant ainsi réglé toutes choses, fa Majefté s'avança par la route d'Acheretabad en Khabouchan & Rarkan ; elle passa plusieurs jours

dans ces agréables marches, &, étant arrivée Décembre. en Khorassan à la fin du mois Chaval, vint

augmenter le lustre de la demeure sacrée de Mechehed.

Après la conquête de l'Indoftan, fa Majesté avoir fait væu de donner à une mosquée une lampe enrichie de pierreries : en action de grâce pour ses victoires dans le Turquestar., elle avoit promis d'y placer une serrure ornée de pierres précieuses, & ce fut dans Mechehed qu'elle remplit ses faints engagemens.

Peu du jours avant l'arrivée de l'armée royale à Mechehed, un ambassadeur extraordinaire des Indes présenta à Nader Chah une lettre d'amitié de la

de Mohammed Chah, avec divers présens, parmi lesquels étoient plusieurs files d'éléphans; il étoit aussi chargé d'un écrit par lequel cet empereur afsignoit à sa Majesté les revenus des districts du Sud & du levant de l'Atek, qui avoient autrefois appartenus aux soubadars de Tahta & de Cabul.

part

Nad. 53.

Il avoit déjà été accordé que les districts A.D. 1740. des deux côtés de l'Atek seroient divisés entre les deux empires, & que les revenus du gouvernement de Lahor seroient donnés pendant trois ans à la Perse ; mais que, ce temps expiré, ils reviendroient à l'empereur des Indes: on avoit disposé de la même manière des revenus de Tahta, & de Sind. Cependant, Nasser Khan, qui se trouvoit dans l'armée Persane au retour de l'Indoftan, avoit fait des instances à sa Majesté pour qu'elle annexât les revenus du Cabul à son empire, ce qu'elle avoit généreusement refusé.

C'étoit en reconnoissance de cette grandeur d'ame que Mohammed Chah, d'ailleurs, pénétré du sentiment qu'il devoit aux faveurs reçues de Nader, lui avoit envoyé cet ambassadeur, avec ordre aux soubadars de Tahta, Lahor, & Sind, de soustraire, des revenus appartenans à l'empire des Indes, la valeur de cent vingt mille tomans, & de les annexer pour jamais à l'empire Persan. Le grand Visir Kamreddin Khan, les Emirs de l’Indostan, les foubadars de Lahor & de Moltan, avoient ausli saisi cette occasion

pour

faire des dons précieux à Nader Chah.

Cet ambassadeur fut donc traité splendidement, & congédié avec les plus grandes marques d'honneurs.

Dans le même temps

Nad. 53.

AD17:10. Thahmasp Kuli Khan, commandant en chef

de Cabul, qui avoit été envoyé contre les troupes obstinées de Touran, fit savoir à la glorieuse cour, que les Ouzbegs de Katagan s'étoient d'abord soumis, quoiqu'avec la trahison dans le cæur; qu'il avoit découvert leur dissimulation, & les en avoient punis, en détruisant plusieurs d'entre eux avec son impitoyable fabre: mais qu'après en avoir choifi un certain nombre pour les enrôler dans le service royal, il les avoit mis en ordre; & que, les faisant marcher en avant, il alloit luimême se rendre à Cabul, par la route de Bamian.

CHAPITRE IV.

Les Etendards qui subjuguent le Monde quit

tent le Khorasan, & s'avancent vers le Dagbestan. Transactions de ce Temps.

L'ame rayonnante de sa Majesté avoit résolu de venger la mort d'Ibrahim Khan d'heureuse mémoire sur les coupables Lekzies de Giar & de Tellé. C'étoit dans ce dessein, comme il a été déjà dit, que Gani Khan, gouverneur de

« PreviousContinue »