Lettres et instructions de Louis XVIII au comte de Saint-Priest

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 9 - J'ai lu, monsieur, avec la plus sérieuse attention, la lettre que vous avez écrite le i" de ce mois au duc de la Vauguyon. Vous avez senti, comme je m'y attendais, que dans la nécessité où je me suis trouvé de quitter immédiatement le territoire de la république de Venise, je n'avais d'autre parti à prendre que celui auquel je me suis déterminé. Cette résolution indispensable a été accompagnée de toute la mesure que les circonstances actuelles pouvaient exiger de moi. Je ne me suis...
Page 10 - Si je renonçais aux avantages qu'elle présente pour le succès de ma cause et l'intérêt des puissances , en m'éloignant volontairement de l'armée, j'imprimerais sur moi un caractère d'inconséquence qui détruirait la considération qu'il m'est si essentiel de conserver. En vain même chercherais-je...
Page xciii - États des mouvements tumultueux, qui, à tant d'époques diverses, avaient agité la capitale. Le roi écoutait et ne disait rien. Sa physionomie ne manifestait point quelle pouvait être son opinion. On parla de Tours, de Blois, d'Orléans, de Cambrai; à chaque ville, dont on prononçait le nom, même silence du roi. Alors, pensant qu'Un déplacement éloigné le contrarierait, on se rabattit sur Compiègne ; puis M. de Saint-Priest, se reprochant en lui-même sa complaisance, nomma Saint-Germain...
Page 11 - SMI en particulier, est certainement la promesse positive de me procurer la facilité de rentrer en France avec le corps de M. le prince de Condé , soit qu'il soit destiné avec l'appui des forces de SMI à passer le Haut-Rhin, soit qu'il continue à être réuni à l'armée de M. le maréchal de Wurmser. Toute inquiétude doit d'ailleurs être dissipée par l'engagement que j'ai pris, et que je tiendrai , de n'y développer d'autre titre que celui de gentilhomme français, de ne donner aucune direction...
Page 202 - J'ai défendu un bon citoyen attaqué ; j'ai défendu tous les autres menacés; j'ai défendu des principes et des intérêts qui sont de tous les temps; j'ai défendu ma patrie tout entière. Je vais reprendre le travail que j'ai dû interrompre pour elle, car il n'intéressait que moi. Je ne sais pas si vous m'en détournerez encore, je ne sais pas si vous me répondrez; mais quelle que soit votre réponse , si vous m'en faites une , ditesvous bien que je dédaigne les sarcasmes , que je me crois...
Page clxviii - Varennes, concertée avec la cour deVienne, avait élé cachée aux émigrés et aux princes; M. le comte d'Artois s'en était plaint. Les sauveurs, qu'on aurait pu trouver dans le parti patriote, parmi les vrais amis de la liberté, qui redoutaient et déploraient les désordres révolutionnaires, étaient encore plus repoussés; M. de Lafayette plus que nul autre : « Nous savons bien que « M. de Lafayette sauverait le Roi, disait-on aux « Tuileries, mais il ne sauverait pas la royauté ! »...
Page cxxxii - ... danger où il était exposé ainsi que sa famille, et de consentir au départ que le peuple demandait à grands cris; il lui représentait qu'étant prisonnier, il lui fallait subir la loi qui était imposée. Le roi ne répondait point. — « Ah! monsieur « de Saint-Priest, dit la reine, pourquoi ne sommes-nous « point partis hier au soir?» — « Ce n'est pas ma faute, » répondit-il. — « Je le sais bien, » ajouta-t-elle. Enfin, après une sorte de douloureuse agonie, le roi se résigna,...
Page clxvii - réussissent, ils feront long-temps la loi; il sera » impossible de leur rien refuser; c'est contracter » avec eux une trop grande obligation que de leur
Page xcvii - Le roi se leva, disant aux ministres d'attendre son retour. 11 était évident que la reine l'envoyait chercher : ce que, certes, aucune reine, sous les règnes précédents, n'aurait risqué. Dès lors M. de Montmorin vit bien que les princes avaient circonvenu la reine, la déterminant à exercer son empire sur l'esprit du roi, et qu'il n'y avait plus rien de fait. Le roi rentra, et annonça que la délibération serait reprise à Versailles. Trois jours s'écoulèrent : la cour était livrée...
Page lxxxv - Ah ! dit-elle en soupirant , il n'ya plus de bonheur pour moi depuis qu'ils m'ont faite intrigante. » Je me récriai sur ce mot. « Oui, reprit la reine, c'est bien le mot propre; toute femme qui se mêle d'affaires...

Bibliographic information